Inscrivez-vous ci-dessous pour devenir membre.
Nom : Courriel :

Financement et ressources disponibles pour les entreprises en démarrage

Comme plusieurs entrepreneurs, je désire offrir un service à valeur ajoutée à mes clients en leur offrant plus que des conseils juridiques, mais aussi des conseils d’affaires. J’ai récemment procédé à l’analyse des différentes ressources disponibles pour les entreprises en démarrage afin de mieux orienter mes clients vers ces dernières. Je me propose d’effectuer un survol des programmes et des organismes que tout bon entrepreneur qui décide de se lancer en affaires devrait consulter. Cet article aura deux volets. Le premier volet est sur les organismes dédiés davantage au financement et le second volet traitera des différentes sources d’informations et de conseils pour les entrepreneurs ainsi que du mentorat et du coaching.

Plusieurs programmes et organismes sont dédiés aux entreprises en démarrage. Cependant, il faut savoir que la notion d’ « entreprise en démarrage » est très différente d’un organisme à l’autre. Par exemple, certains programmes sont dédiés aux entrepreneurs qui entament leur projet et en sont à la rédaction de leur plan d’affaires. D’autres programmes sont offerts aux entreprises qui ont des ventes depuis peu. Il ne s’agit clairement pas de la même étape de développement. Il peut passer plusieurs années pour certaines entreprises avant d’avoir un carnet de commande bien garnie. 

Avant l’analyse des différents programmes et outils que vous offrent ces différents intervenants, je désire profiter de l’occasion pour vous rappeler qu’il est important, avant de se lancer, de bien réfléchir à notre stratégie d’affaires et éviter de vouloir aller trop vite. Trop souvent les jeunes entrepreneurs commencent leur entreprise en investissant des sommes personnellement, et ce, avant d’aller consulter qui que ce soit. Lorsqu’ils sont à sec, ils se tournent vers les banques par exemple. Il est alors parfois trop tard pour discuter en termes de montage financier. En effet, certains exigeront un investissement de votre part pour pouvoir vous donner accès à un prêt important ou à une subvention. Si vous avez déjà investi beaucoup d’argent dans votre entreprise, vous n’avez plus d’argent pour combler les critères du programme et en plus, votre dossier de crédit risque de ne pas être très flatteur. Il faut donc ne pas hésiter à consulter les différentes ressources qui s’offrent à vous avant d’investir quelque somme que ce soit dans votre entreprise.

De plus, je vous recommande de visiter les sites Internet des différents organismes ainsi que leurs différents programmes pour bien orienter vos démarches auprès de chacun d’eux. Par exemple, vous pouvez devoir axer la description de votre entreprise sur un volet « X » pour pouvoir avoir accès à une subvention du CLD et sur un volet « Y » pour avoir accès à un prêt du Fonds d’emprunt, le tout sans toutefois mentir sur la nature de vos activités. La préparation est donc la clé!

Programme, subvention et financement

Il existe différents programmes visant les entrepreneurs. Ces organismes peuvent donner plusieurs conseils aux jeunes entrepreneurs, donc il est intéressant de les consulter, même en l’absence de besoin financier.

1. Centres locaux de développement (CLD)

Le CLD propose des programmes pour les jeunes entrepreneurs de 18 à 35 ans. Le programme « Jeunes Promoteurs » est applicable lors de la concrétisation d’un projet d’entreprise ou la création d’une première entreprise. Il s’agit d’une subvention d’une somme allant jusqu’à 5 000 $ et permet le remboursement d’une partie ou de la totalité des dépenses de recherches et de formations. Les conditions diffèrent d’un CLD à l’autre c’est pourquoi il est important de consulter le CLD de sa région, et ce, dès le début de son projet.

Le programme « Soutien travailleur autonome » offre un soutien financier de 12 semaines pour la réalisation du plan d’affaires. Il est possible d’avoir une aide financière additionnelle de quarante semaines si le plan d’affaires répond aux conditions énumérées dans ce programme, dont celle de la création de votre emploi.

Le Programme « Fondation canadienne des jeunes entrepreneurs » permet aux jeunes entrepreneurs de 18 à 34 ans d’obtenir un prêt pouvant allant jusqu’à 15 000 $ pour lancer une entreprise, et ce, maximum douze mois après la création de l’entreprise. Le prêt est très avantageux pour les jeunes entrepreneurs, car il offre la possibilité de ne pas rembourser le capital la première année et offre un taux d’intérêt réduit. Si vous êtes admissible à ce prêt, vous pouvez déposer une autre demande auprès du Programme de financement FCJE-BDC pour obtenir 30 000 $ supplémentaires. Le programme est assujetti à certaines obligations, donc celle d’avoir un mentor. J’aborderai plus en détail le mentorat dans le second volet de cet article.

2. Fonds d’emprunt de Québec

Le Fonds d’emprunt de Québec est également un organisme qui vise la clientèle jeune. Le Fonds d’emprunt intervient auprès des personnes qui ont un projet d’affaires, un besoin d’accompagnement et qui, pour l’accès au microcrédit, n’offrent pas les garanties requises par le réseau conventionnel de financement. Le prêt peut aller jusqu’à une somme de 20 000 $.

3. Banques privées

Tel que mentionné en début d’article, il est important d’aller consulter les différentes banques dès que vous avez en main votre plan d’affaires. Il est alors possible d’analyser les possibilités d’obtenir une marge de crédit pour votre entreprise, une carte de crédit ou encore un prêt. Il est à noter que l’attribution de ces outils de financement sera effectuée en fonction du secteur d’activité de votre entreprise, son carnet de commandes, le cas échéant, mais également en fonction de votre cote de crédit personnelle. Il sera alors possible d’établir un montage financier en fonction des ressources de l’entrepreneur. Il est donc primordial de consulter les banques privées (TD, Banque Nationale, Banque de Montréal, etc.) avant de dilapider vos actifs financiers. De plus, les banques exigent dorénavant un cautionnement personnel de l’entrepreneur dès le financement d’une nouvelle entreprise. Ainsi, vous êtes tenu personnellement responsable des dettes de votre entreprise.

Les différents prêts offerts se ressemblent d’une banque à l’autre. Il est donc intéressant de magasiner son institution financière en fonction du service-conseil aux clients. La Banque TD offre un service de conseil et d’orientation aux nouvelles entreprises. À cet effet, je vous recommande l’excellent Michel Chicoine de la Banque TD (succursale Duplessis).

4. BDC

Les solutions de financement de BDC peuvent aider les entrepreneurs dont l’entreprise est en démarrage ou au début de sa croissance (12 premiers mois de vente) et qui peuvent démontrer un potentiel de marché et de vente réaliste. Il est possible de retarder le remboursement du capital de quelques mois.

La BDC intervient également au tout début de la vie d’une entreprise avec son programme conjoint avec le CLD que nous avons abordé en début d’article.

5. Investissement Québec

Vous pourriez obtenir un prêt ou une garantie de prêt pour vos projets de développement si votre entreprise fait partie de l’un des secteurs visés par un des programmes d’Investissement Québec. Le montant minimal de la garantie de prêt ou du prêt accordé est de 50 000 $. La garantie de prêt peut vous aider à obtenir du financement auprès d’une institution financière en couvrant jusqu’à 90 % de la perte nette. Le montant maximal du financement octroyé par l’institution financière peut couvrir jusqu’à 100 % des dépenses liées au projet. Des conditions particulières peuvent s’appliquer.

6. Ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation (MDEIE)

Le MDEIE offre un soutien financier aux entreprises du secteur de la technologie à développer des produits ou des procédés innovateurs avec l’aide du programme « Vitrine Technologique ». L’aide financière est non remboursable et peut couvrir 40 % des dépenses admissibles jusqu’à concurrence de 300 000 $. Les dépenses admissibles sont majoritairement constituées de frais de commercialisation des produits ou des procédés et ne visent pas les dépenses de développement technologique. De plus, il faut être en mesure de prouver la pérennité de l’entreprise à l’aide d’un carnet de commande bien garnie, de promesses d’achat ou autres. D’autres programmes sont disponibles et les détails se trouvent sur le site Internet du MDEIE.

7. Industrie Canada

Le programme offert par Industrie Canada vous aide à obtenir jusqu’à 500 000 $ de votre institution financière en appuyant votre prêt d’une garantie gouvernementale. Les prêts peuvent servir à couvrir 90 % des coûts de l’achat ou de l’amélioration de terrains ou de biens, de l’achat d’améliorations locatives ou de l’amélioration d’une propriété louée et de l’achat de matériel neuf ou de l’amélioration de matériel usagé.

8. Développement économique du Canada (DEC)

Le DEC offre le programme « Croissance des entreprises et des régions ».  Ce programme vise, entre autres, à aider les entreprises à être plus performantes, concurrentielles et à innover davantage afin de faciliter leur croissance durable. Nous comprenons donc que l’entreprise n’est plus à ses premiers balbutiements.

Conclusion

Le présent article se veut un outil de référence afin que chaque entrepreneur puisse utiliser à bon escient ses forces et ses énergies pour bâtir son entreprise, sans devoir perdre du temps dans sa recherche des différents organismes qui s’offrent à lui.

Je désire aider les entrepreneurs à bien réussir et à réussir leurs rêves dans un contexte économique défavorable en matière de financement aux jeunes entreprises. Les investisseurs en capitaux de risque étant frileux, les ressources gouvernementales mises à la disposition des entreprises en démarrage ne sont pas à négliger!

L’un de mes clients, Monsieur Simon Bouchard, président de GosportGo inc. me mentionnait récemment : « Un professionnel est celui qui se donne des chances de réussir ». J’espère donc que cet article donnera une chance supplémentaire aux entrepreneurs, de concrétiser leur rêve… la suite la semaine prochaine!*

*La semaine prochaine, vous pourrez consulter le deuxième volet de mon article relativement aux ressources d’information, de conseils ainsi que sur le mentorat et le coaching.
Me Sylvie Bougie est avocate en droit des affaires depuis 4 ans et exerce à son compte depuis 1 an. Après avoir pratiqué au sein de cabinets conventionnels, Me Bougie a établi une clientèle composée d’entreprises en démarrage, de PME et de travailleurs autonomes. De plus, elle rend des services à titre d’avocat conseil pour plusieurs cabinets juridiques. Étant consciente de la réalité des petites et moyennes entreprises et des travailleurs autonomes, elle offre des services à un prix concurrentiel, tout en étant d’excellente qualité. Son site Web: www.sbavocate.com

 
  • http://twitter.com/rachadlaw Rachad Lawani

    Excellente synthèse des sources de financement disponibles dans le réseau des organisations qui soutiennent le développement des entreprises. J'ajouterai quelques commentaires et sources complémentaires.

    - Le programme Jeunes Promoteurs (JP) (18-35 ans) peut dépasser 5 000 $ jusqu'à max 10 000 $ ? Cela dépend des CLD et des réalités territoriales.

    - Programme CRÉAVENIR (18-35 ans), combinaison subvention et prêt sans intérêt géré par les caisses Desjardins en collaboration avec les CLD :

    Subvention – Soutien au démarrage afin d'aider le promoteur lors du démarrage de son entreprise (maximum de 5 000 $) et/ou

    Prêt avantageux – Prêt sans intérêt remboursable progressivement à partir de la deuxième année (montant maximal de 10 000 $). Détails sur http://www.creavenir.ca/fr/index.cfm

    - Encore dans les CLD, d’autres fonds de développement local tels que le Fonds local d’investissement (FLI) et Société locale d’investissement et de développement de l’emploi (SOLIDE). Voir détails auprès des CLD ou des CDEC http://www.acldq.qc.ca/ACLDQ/index_f.aspx?DetailID=131

    - Sans oublier les fonds spécialisés de Fil action http://www.filaction.qc.ca/fond-financement-exemple.php qui s’adressent à un secteur particulier ou une clientèle spécifique, par exemple aux femmes entrepreneures (Investissement Femmes Montréal) http://www.fondsifm.ca/pages/float_indexpag.html

    Les CLD ou les Corporations de développement économique et communautaire (CDEC) http://www.lescdec.qc.ca/index.php?pid=5 Ces organisations sont en relation avec tous les partenaires financiers des entreprises.

    J’ai aussi listé différentes ressources d’aide aux entrepreneurs sur mon blogue, dont des ressources techniques et même des outils de gestion. http://affairesautrement.blogspot.com/

    Rachad Lawani

  • Pingback: Conseils pour les entrepreneurs | Entrepreneur Internet

  • Sylvie Bougie

    Bonjour

    Effectivement la CÉDEC de Québec : http://www.cdecdequebec.qc.ca/ offre un service conseil et accompagnement qui permet de:

    • Soutenir la réalisation de projets à caractère économique, communautaire ou d'intégration sociale et professionnelle

    • Appuyer les organisations pour la recherche de financement

    • Conseiller au montage de dossier

    L'organisme aide également l’entrepreneur à choisir le bon véhicule entre une entreprise à but lucratif, un OSBL ou une coopérative.

    Le Réseau d’Investissement Social du Québec offre également de l'aide, sous forme d’avance de fonds, et soutient les promoteurs dans leurs démarches en leur permettant l'accès à des consultants et spécialistes pour réaliser les études nécessaires au développement des projets. La taille des investissements est de 1 000 $ à 5 000 $ (parfois plus). Ce dernier est remboursable uniquement si le projet se réalise et est sans intérêt. La mise de fonds est de 10 % par le groupe promoteur.

  • Sylvie Bougie

    Bonjour

    Effectivement la CÉDEC de Québec : http://www.cdecdequebec.qc.ca/ offre un service conseil et accompagnement qui permet de:

    • Soutenir la réalisation de projets à caractère économique, communautaire ou d'intégration sociale et professionnelle

    • Appuyer les organisations pour la recherche de financement

    • Conseiller au montage de dossier

    L'organisme aide également l’entrepreneur à choisir le bon véhicule entre une entreprise à but lucratif, un OSBL ou une coopérative.

    Le Réseau d’Investissement Social du Québec offre également de l'aide, sous forme d’avance de fonds, et soutient les promoteurs dans leurs démarches en leur permettant l'accès à des consultants et spécialistes pour réaliser les études nécessaires au développement des projets. La taille des investissements est de 1 000 $ à 5 000 $ (parfois plus). Ce dernier est remboursable uniquement si le projet se réalise et est sans intérêt. La mise de fonds est de 10 % par le groupe promoteur.

  • Pingback: Tweets that mention Financement et ressources disponibles pour les entreprises en démarrage | Entrepreneur Internet -- Topsy.com

  • Pingback: Sylvie Bougie: | Pierre Duhamel